Prévalence femmes et filles concernées par les MGF en Belgique

Prévalence femmes et filles concernées par les MGF en Belgique

Ces deux dernières années, la Belgique a dû faire face à une crise migratoire avec un afflux de familles syriennes et irakiennes mais aussi des familles d’Afrique de l’Est comme la Somalie et l’Erythrée, pays à forte prévalence de MGF. Une nouvelle étude est nécessaire pour mettre à jour les données qui permettront de mieux cibler les actions des services impliqués dans la protection des filles et la prise en charge des femmes excisées. u total 25 917 filles et femmes sont concernées par les mutilations génitales féminines, soit parce qu’elles ont déjà subi une mutilation soit parce qu’elles sont à risque d’être confrontée à la pratique. 17 273 femmes et filles sont déjà probablement excisées et 8 644 femmes et filles sont intactes mais à risque d’être excisées.

Étude d’INTACT sur l’intérêt de l’enfant

Étude d’INTACT sur l’intérêt de l’enfant

Les mécanismes de prévention et de protection de ces filles à risque d’excision impliquent parfois la prise de mesures protectionnelles. Ces mesures peuvent aller notamment jusqu’au placement de la fillette afin d’empêcher un retour au pays. Lorsque des mesures répressives en application de l’article 409 du Code pénal sont prises à l’égard des parents des filles excisées, cela n’est pas sans conséquences pour l’enfant.

Face à ces cas de figure, une réflexion a été entamée par l’asbl INTACT sur l’intérêt supérieur de l’enfant, tel qu’il est mis en avant dans la Convention internationale des droits de l’enfant (art. 3).

MGF – Qu’en sait-on?

MGF – Qu’en sait-on?

A State-of-the-Art Synthesis on Female Genital Mutilation/Cutting – What Do We Know Now?august 2016 Ce rapport, publié par UK aid et le Population Council, permet d’avoir un aperçu des plus récentes chiffres et informations contextuelles concernant les mutilations génitales féminines.…