« En quête de reconstruction identitaire »


« Sarah O’Neill, l’auteure de l’article (en arrière-plan), et Fabienne Richard, sage-femme »

Sarah o’Neill, antropologue mène depuis 2017 un travail de recherche au Centre médical d’aide aux victimes de l’excision, CeMAViE, au CHU St.Pierres à Bruxelles. Dans un article publié en mars dernier Sarah raconte l’expérience des femmes qui viennent au centre, de l’excision et aussi d’autres violences de genre comme le mariage forcé, le violences sexuelles, et la réponse qui est apporté de la part de l’équipe du Centre médical. Enfin, l’article déconstruit certaine des idées reçues autour de l’excision, du clitoris et du plaisir sexuel des femmes ayant vécu une mutilation génitale.

« Violences, tradition, désir de reconstruction : le parcours de femmes face aux mutilations génitales féminines et au mariage forcé au Centre médical d’aide aux victimes de l’excision (CeMAViE).

Mardi matin à CeMaViE, rue Haute à Bruxelles, clinique spécialisée pour les femmes victimes de ce que l’Organisation mondiale de la santé appelle les mutilations génitales féminines (MGF). Je m’assois sur un tabouret d’examen à côté de Fabienne Richard, sage-femme et experte en MGF. De sa voix chantante, elle appelle la patiente suivante, que l’on va appeler Fatoumata.

(…) Une fois les salutations terminées et les questions administratives résolues, Fabienne demande à la femme assise devant nous :

– Qu’est-ce que je peux faire pour vous  ? Qu’est-ce qui vous amène ici aujourd’hui  ?

– Je suis ici parce que j’ai été excisée. On m’a dit que je devais venir dans cette clinique spécialisée. »

Vous pouvez lire la suite de l’article sur le site de la Fédération des maisons médicales

et le télécharger en version pdf ici (PDF)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *